Tout d’abord, ça se passe à Charny, puis Saint-Nicolas,

sur la rive-sud de Québec. 

Ça passe par Passe-Partout, le Club des Cent Watts,

Watatatow, Les Intrépides (avec le beau Tom) , Robin et Stella,

Vazimolo, Bibi et Geneviève (avec la toune gossante), le soccer,

le taekwondo (avec des médailles), le patinage artistique et la natation.



Évidemment, la chorale et le pianotage…! L’École Du Grand Voilier, au village, vue imprenable sur le fleuve (qu’on ne remarque pas étant enfant!).

Les fameuses Julie Masse et Martine St-Clair, les BB, et aussi les Beattles et Bon Jovi (en show à Québec en 1993). Et les amis de la rue Mirabel et du chemin Demers, et de la rue de Nantes et Bourgeon, en arrière du Victoria, l’ancien Bernevilles. 

Amis pour toujours!

Bien sûre s’en suit le secondaire à L’Envol et L’ESLE.

Le théâtre, la guitare, les légendaires Eagles, Guns’n Rose, Metallica, Pink Floyd, Grimskunk, Greenday, la guit électrique (mais ça ne dure pas), la mandoline (mais ça ne dure pas non plus). 

Et les premières compositions originales, précises, rouges framboise ou noires ciel, remplies de mots, à en rire ou à en pleurer. Couleur bonheur, ou son des questions. 

Les spectacles de fin d’année et de méritas (sans méritas, mais avec du rock).

Ensuite, les sciences sociales, l’espagnol, le portugais, les études internationales, l’Italie (si douce et intense), la France, la Suisse, voyage humanitaire, le Costa Rica (ouf, il a plu), l’Asie du Sud-Est en passant par le Viet Nam (d’une fragilité si touchante). Et l’ouest Canadien, sur le pouce, ou en bus, ou en char, l’Alberta, le BC, le tree planting et le fruit picking, Haïda Gwaï (à en perdre le souffle tant la beauté s’imprègne à nos mémoires). La Tchéquie, l’Allemagne.. Les jobs en restauration, au ranch, en hôtellerie. 

Et des shows!! Dans les bars, les restos, les festivals, les salles de spectacle, aux quatre coins du monde, les soirées qui se terminent le lendemain matin à la clarté du soleil trop chaud pour aller se coucher. Des nuits blanches. Beaucoup. Souvent. À écrire, à jouer, à composer, à se questionner, à questionner les autres, à gravir des montagnes (littéralement), à changer d’avion.

 Et des acolytes, amis, gens de cœur, visionnaires.

André Godbout, contrebassiste, bassiste, compositeur, réalisateur, tech de son, enseignant, propriétaire du Studio Rec, multi instrumentiste, bon dans tout ce qu’il tente. Avec sa femme, Mélanie Guay, artiste peintre professionnelle, muraliste, réalisatrice de fresques, directrice artistique, graphiste, maquilleuse, costumière, conceptrice, bonne dans toute elle aussi.

Un premier album anglo en 2010: The way to go

Un deuxième album en 2011: Orange Blue

Un nouveau projet franco en 2013 : Barbara Tempête

Un bébé en 2014, deux nouveaux enfants en 2015.

Un mariage en 2017, avec Samuel Ricard (c’est qui ce gars là?).

Un album avec Barbara Tempête en 2017 et un autre en 2019.

De nouvelles chansons, à chaque moment...


Juliel. Musique. Émotion. De la tête au coeur.

Julie Lavoie

Fille du bluesman Mike Deway